Ici se trouve un contenu "FLASH" que vous ne pouvez voir parcequ'il n'est pas installé. Allez à l'adresse suivante pour télécharger flash player

Compagnie
Actualités
Réalisations
Traces
Contacts
Liens

La boite à médiation variable

Bloc image 1

ACUTIS
MÉDÉRIC MARTIN
SCRATCH
PATCHWORK
KOAN
BOUTEILLE À LA MER

Text 2

La boite à médiation variable (BMV) est une installation relationnelle qui vise à transformer temporairement le quotidien du quartier et à susciter des échanges avec la communauté. La BMV s'est déployée dans deux parcs du Centre-Sud : le parc Médéric-Martin et le parc des Faubourgs. Chaque fois, elle s’y est implanter pour une durée d’une semaine et a accueilli en résidence une cellule de trois artistes qui la feront vivre par leurs créations in situ.

Lire l'article d'Amina Jenssen et Laurence Garneau

Du 15 au 19 juillet 2013
Au parc Médéric-Martin

Projet ACUTIS
Caroline Boileau

L’artiste Caroline Boileaut a habité le parc Médéric-Martin à l’aveugle durant la semaine: en invitant les passants à en faire la visite avec elle (en les guidant et en se laissant guider) ; en leur proposant de dessiner ensemble (d’ajouter des détails qu’elle est incapable de voir et vice-versa) ; de réfléchir à ce que l’on voit et aimerait ne pas voir, à ce que l’on sent et ne voit pas. Au fil des jours, elle a invité citoyens et passants à réfléchir, discuter et à dessiner sur les manques présents dans les corps intime et social.

Projet MÉDÉRIC MARTIN
Jean-Philippe Luckhurst-Cartier

Jean-Philippe Luckhurst-Cartier s’est infiltré dans la vie quotidienne et historique du parc Médéric Martin, recueillant des informations concernant le nom et l’usage du lieu, puis les a disséminé dans l’espace public. Utilisant un code de couleur pour déterminer les catégories politiques, historiques et intimes, les informations ont été réparties sur différentes affiches, rappelant les origines de Médéric Martin et celles du parc. En intervenant avec du mobilier peint comme marqueur esthétique, les objets et anecdotes trouvés ont ainsi été isolés dans leur contexte régulier pour s’exposer clairement ou furtivement aux passants et usagers.

Projet SCRATCH
Jenna Dawn MacLellan et Janna Maria Vallee

Afin de partager leur amour pour les arts textiles, la durabilité et l’accessibilité, le collectif SCRATCH (Jenna Dawn Maclellan et Janna Maria Vallee) s'est rendu au parc Médéric-Martin et ces alentours. Tout en cultivant des matériels locaux, elles ont partagé leur savoir-faire dans le cadre d’ateliers quotidiens spontanés et d’échanges avec les visiteurs du parc. Tous ceux et celles qui désiraient découvrir des techniques de teinture naturelle, de fabrication de craies de trottoir ou encore apprendre la couture étaient les bienvenus.

Grâce à leurs pratiques artistiques axées sur le processus et l’intervention, elles ont veulu célébrer le parc et sa communauté. SCRATCH invitait les citoyens à apporter draps de coton, coquilles d’oeufs, hauts de carottes, haricots noirs, épices, tiges de rhubarbe, et fleurs de jardin, afin de les aider à transformer leur matériel en de jolis ornements festifs.

Du 20 au 24 août 203
Au parc des Faubourgs

Projet PATCHWORK
Karine Galarneau

Quelque part entre le Cercle des fermières, une brocante centre-sudienne et un pique-nique estival, le projet de Karine Galarneau se définit avant tout comme une occupation artisanale et monumentale du parc des Faubourgs. Il s’agissait de créer le plus grand assemblage possible de pièces de tissus avec l’aide des citoyens du quartier. Des paniers placés dans divers lieux publics collectaient des dons de tissus et annoncaient la venue de la BMV. L’oeuvre, assemblée au fil de la semaine, s’est ancré sur le site de différentes façons. Elle a ainsi transformé et colorié le paysage tout en favorisant la rencontre.

Projet KŌAN
Chloé Poirier-Sauvé

Chloé Poirier-Sauvé a disséminé des Kōan zen réalisés au pochoir sur les trottoirs attenants au parc des Faubourgs. Ces derniers tentaient d’arrêter le temps, de surprendre le passant dans ses pensées afin de lui faire prendre conscience de l’instant présent. C’est également cette volonté qui fut développée lors de la semaine d’occupation du parc. Par le biais d’une approche spirituelle, l’artiste entrait en contact avec les citoyens. S’en suivait une discussion de laquelle l’artiste conservait une phrase emblématique qui jointe à une photo du participant prise sur place. Rappelant les drapeaux de prières tibétains, les oeuvres ont été accrochées dans le parc.

Projet BOUTEILLE À LA MER
Mélissa Simard

L’artiste Mélissa Simard a produit une activité de médiation avec les citoyens basée sur le concept des bouteilles à la mer et le souhait de laisser des traces artistiques et construites à tout hasard dans le milieu urbain. Des oeuvres (art audio, poésie sonore, courts vidéos expérimentaux) inspirées par l’espace urbain et créées pendant l’occupation du parc, ont ainsi été insérées dans des bouteilles et dispersées de par la mer urbaine. Des liens web accompagnés de courts messages, d’une dédicace, donnaient accès aux oeuvres préalablement mises en ligne. L’environnement urbain était au coeur des créations (pollution visuelle/ sonore/ environnementale, l’humain et sa culture).

Voir les vidéos produites par Mélissa

Galerie photo

(crédit photo: LePetitRusse)

La boite à médiation variable (BMV) est une installation relationnelle qui vise à transformer temporairement le quotidien du quartier et à susciter des échanges avec la communauté. La BMV s'est déployée dans deux parcs du Centre-Sud : le parc Médéric-Martin et le parc des Faubourgs. Chaque fois, elle s’y est implanter pour une durée d’une semaine et a accueilli en résidence une cellule de trois artistes qui la feront vivre par leurs créations in situ.

Lire l'article d'Amina Jenssen et Laurence Garneau

Du 15 au 19 juillet 2013
Au parc Médéric-Martin

Projet ACUTIS
Caroline Boileau

L’artiste Caroline Boileaut a habité le parc Médéric-Martin à l’aveugle durant la semaine: en invitant les passants à en faire la visite avec elle (en les guidant et en se laissant guider) ; en leur proposant de dessiner ensemble (d’ajouter des détails qu’elle est incapable de voir et vice-versa) ; de réfléchir à ce que l’on voit et aimerait ne pas voir, à ce que l’on sent et ne voit pas. Au fil des jours, elle a invité citoyens et passants à réfléchir, discuter et à dessiner sur les manques présents dans les corps intime et social.

Projet MÉDÉRIC MARTIN
Jean-Philippe Luckhurst-Cartier

Jean-Philippe Luckhurst-Cartier s’est infiltré dans la vie quotidienne et historique du parc Médéric Martin, recueillant des informations concernant le nom et l’usage du lieu, puis les a disséminé dans l’espace public. Utilisant un code de couleur pour déterminer les catégories politiques, historiques et intimes, les informations ont été réparties sur différentes affiches, rappelant les origines de Médéric Martin et celles du parc. En intervenant avec du mobilier peint comme marqueur esthétique, les objets et anecdotes trouvés ont ainsi été isolés dans leur contexte régulier pour s’exposer clairement ou furtivement aux passants et usagers.

Projet SCRATCH
Jenna Dawn MacLellan et Janna Maria Vallee

Afin de partager leur amour pour les arts textiles, la durabilité et l’accessibilité, le collectif SCRATCH (Jenna Dawn Maclellan et Janna Maria Vallee) s'est rendu au parc Médéric-Martin et ces alentours. Tout en cultivant des matériels locaux, elles ont partagé leur savoir-faire dans le cadre d’ateliers quotidiens spontanés et d’échanges avec les visiteurs du parc. Tous ceux et celles qui désiraient découvrir des techniques de teinture naturelle, de fabrication de craies de trottoir ou encore apprendre la couture étaient les bienvenus.

Grâce à leurs pratiques artistiques axées sur le processus et l’intervention, elles ont veulu célébrer le parc et sa communauté. SCRATCH invitait les citoyens à apporter draps de coton, coquilles d’oeufs, hauts de carottes, haricots noirs, épices, tiges de rhubarbe, et fleurs de jardin, afin de les aider à transformer leur matériel en de jolis ornements festifs.

Du 20 au 24 août 203
Au parc des Faubourgs

Projet PATCHWORK
Karine Galarneau

Quelque part entre le Cercle des fermières, une brocante centre-sudienne et un pique-nique estival, le projet de Karine Galarneau se définit avant tout comme une occupation artisanale et monumentale du parc des Faubourgs. Il s’agissait de créer le plus grand assemblage possible de pièces de tissus avec l’aide des citoyens du quartier. Des paniers placés dans divers lieux publics collectaient des dons de tissus et annoncaient la venue de la BMV. L’oeuvre, assemblée au fil de la semaine, s’est ancré sur le site de différentes façons. Elle a ainsi transformé et colorié le paysage tout en favorisant la rencontre.

Projet KŌAN
Chloé Poirier-Sauvé

Chloé Poirier-Sauvé a disséminé des Kōan zen réalisés au pochoir sur les trottoirs attenants au parc des Faubourgs. Ces derniers tentaient d’arrêter le temps, de surprendre le passant dans ses pensées afin de lui faire prendre conscience de l’instant présent. C’est également cette volonté qui fut développée lors de la semaine d’occupation du parc. Par le biais d’une approche spirituelle, l’artiste entrait en contact avec les citoyens. S’en suivait une discussion de laquelle l’artiste conservait une phrase emblématique qui jointe à une photo du participant prise sur place. Rappelant les drapeaux de prières tibétains, les oeuvres ont été accrochées dans le parc.

Projet BOUTEILLE À LA MER
Mélissa Simard

L’artiste Mélissa Simard a produit une activité de médiation avec les citoyens basée sur le concept des bouteilles à la mer et le souhait de laisser des traces artistiques et construites à tout hasard dans le milieu urbain. Des oeuvres (art audio, poésie sonore, courts vidéos expérimentaux) inspirées par l’espace urbain et créées pendant l’occupation du parc, ont ainsi été insérées dans des bouteilles et dispersées de par la mer urbaine. Des liens web accompagnés de courts messages, d’une dédicace, donnaient accès aux oeuvres préalablement mises en ligne. L’environnement urbain était au coeur des créations (pollution visuelle/ sonore/ environnementale, l’humain et sa culture).

Voir les vidéos produites par Mélissa

Galerie photo

(crédit photo: LePetitRusse)