Ici se trouve un contenu "FLASH" que vous ne pouvez voir parcequ'il n'est pas installé. Allez à l'adresse suivante pour télécharger flash player

Compagnie
Actualités
Réalisations
Traces
Contacts
Liens

Parcours Neuf à Cinq

Bloc image 1

Text 2

Le Parcours Neuf à Cinq proposait quatre rallyes artistiques à vélo au cœur de Sainte-Marie/Saint-Jacques. Les artistes Julie Laurin et Jean-Philippe Luckhurst-Cartier ont arpenté le territoire délimité par les habitations Jeanne-Mance à l’Ouest, la rue Sherbrooke au Nord, le fleuve Saint-Laurent au Sud et le chemin de fer à l’Est. Soumis à la règle du hasard, les artistes ont réalisé des actions aussi diverses que de partir une rumeur dans le quartier, envoyer le plus de lettres possible en une heure, danser avec un inconnu, méditer autour d'un métro, etc. De leurs périples artistiques est demeuré une série d'artefacts, de photographies, d'entrevues et de vidéos dont une partie fût exposée à la rétrospective des Occurrences estivales où ils ont également présenté une performance inspirée de leurs parcours.

Les rallyes se sont déroulés les jeudi 6, 13, 20 et 27 août. Les deux artistes se rejoignaient à heure fixe au cours de la journée puis repartaient chacun de leur côté, ces rencontres étaient également propice à la rencontre avec les citoyens qui étaient invités à se joindre aux activités. Les artistes rencontraient un complice à 9 heures sur le terrain des habitations Jeanne Mance afin de piger des instructions pour la journée, rédigées par des collaborateurs du Péristyle Nomade et des résidents du quartier. Les artistes pigeaient ainsi 3 à 4 actions variant entre des propositions furtives, relationnelles et même sculpturales qui rythmeraient leur exploration du territoire. À midi, ils déployaient leurs trouvailles du matin sur la place de la Dauversière et approfondissaient leurs expériences avec les citoyens et complices s'étant joints à eux. Finalement, ils conviaient finalement le public à un 5 à 7 au parc des Faubourgs où ils faisaient le récit de leur parcours et un dernier dévoilement d'artefacts.

Le Parcours Neuf à Cinq incluait plusieurs variables liées au hasard et au quotidien. Ainsi, les actions et les trajets ont été déviés à chaque instant suivant le principe de la dérive de Guy Debord. Ce principe voulant que l’artiste ou le citoyen suivent le courant de sa volonté inspiré par l’intuition que la ville lui offre, qu’il ou elle se déplace selon l’humeur et la psychologie que la ville lui insuffle.

Visionner la capsule vidéo

Crédit photo: Félix Bowles
Vidéo et montage: Jonathan Roy

Pour consulter les photos du Parcours Neuf à Cinq, cliquez ici

Le Parcours Neuf à Cinq proposait quatre rallyes artistiques à vélo au cœur de Sainte-Marie/Saint-Jacques. Les artistes Julie Laurin et Jean-Philippe Luckhurst-Cartier ont arpenté le territoire délimité par les habitations Jeanne-Mance à l’Ouest, la rue Sherbrooke au Nord, le fleuve Saint-Laurent au Sud et le chemin de fer à l’Est. Soumis à la règle du hasard, les artistes ont réalisé des actions aussi diverses que de partir une rumeur dans le quartier, envoyer le plus de lettres possible en une heure, danser avec un inconnu, méditer autour d'un métro, etc. De leurs périples artistiques est demeuré une série d'artefacts, de photographies, d'entrevues et de vidéos dont une partie fût exposée à la rétrospective des Occurrences estivales où ils ont également présenté une performance inspirée de leurs parcours.

Les rallyes se sont déroulés les jeudi 6, 13, 20 et 27 août. Les deux artistes se rejoignaient à heure fixe au cours de la journée puis repartaient chacun de leur côté, ces rencontres étaient également propice à la rencontre avec les citoyens qui étaient invités à se joindre aux activités. Les artistes rencontraient un complice à 9 heures sur le terrain des habitations Jeanne Mance afin de piger des instructions pour la journée, rédigées par des collaborateurs du Péristyle Nomade et des résidents du quartier. Les artistes pigeaient ainsi 3 à 4 actions variant entre des propositions furtives, relationnelles et même sculpturales qui rythmeraient leur exploration du territoire. À midi, ils déployaient leurs trouvailles du matin sur la place de la Dauversière et approfondissaient leurs expériences avec les citoyens et complices s'étant joints à eux. Finalement, ils conviaient finalement le public à un 5 à 7 au parc des Faubourgs où ils faisaient le récit de leur parcours et un dernier dévoilement d'artefacts.

Le Parcours Neuf à Cinq incluait plusieurs variables liées au hasard et au quotidien. Ainsi, les actions et les trajets ont été déviés à chaque instant suivant le principe de la dérive de Guy Debord. Ce principe voulant que l’artiste ou le citoyen suivent le courant de sa volonté inspiré par l’intuition que la ville lui offre, qu’il ou elle se déplace selon l’humeur et la psychologie que la ville lui insuffle.

Visionner la capsule vidéo

Crédit photo: Félix Bowles
Vidéo et montage: Jonathan Roy

Pour consulter les photos du Parcours Neuf à Cinq, cliquez ici